Les Miss France, enfin dévoilées...

 

C'est certain, que le comité Miss France devait sortir de cet emballage factice et ringard des Fifties.

C'est certain, qu'un sérieux lifting s'imposait, et que beaucoup de choses devaient évoluer et dans le bon sens.

C’est le cas pour la session 2013, du 21ème Siècle!

Ce n'est plus l'élection d'une dame seule, mais de trente-trois naïades bien sélectionnées.

Chapeau bas pour les jeunes dames sans chapeau. Bravo pour les chorégraphies, le choix des robes de cocktail ou de soirée et des deux pièces qui font penser aux eaux tropicales.

Super bravo et un grand Oulala pour la tenue ailée blanche qui me rappelle 

« La danse de l’oiseau des Iles Marquises ».

Saluons au passage, les vêtements régionaux et locaux avec une apparition trop courte mais combien remarquée de Miss Tahiti toute de robe végétale à moitié vêtue. Robe faite en « Auti », elle arborait un masque de guerrière qui fascinait. Avec cette douce violence, il y avait de quoi s’enflammer. 

Certains pensent même que cela se fume, le Auti? Non et en plus, ce n’est pas légal.

Bravo aussi pour la régie et les cameramen qui ont enfin filmé les filles, rien que les filles, et encore les filles, pas les mecs.

Un seul bémol, un peu comme dans le métro, lorsque vous êtes bien installé  Paf, voila l’arrivée inopinée d’un couple de.. heu saltimbanques de Marrakech, 

« Les Merguezes  Brothers & Sisters ».  

Je n’étais pas au courant des échanges culturels prévus cette soirée-là entre les deux pays.

Je me suis vite rendu compte qu’ils ne venaient pas pour racheter le comité Miss France avec des devises étrangères. Ouf !

Personnellement, j’ai pensé un bref instant à une manifestation dans l’ordre et plutôt dans le désordre, en faveur du port du voile, pour le port de la bourkha, une manif pour le mariage « GAG ».

Le coach qui soutenait la belle aux jambons fermes, avait chaussé pour la circonstance les chaussures à pointe relevée d’Aladin en véritable mosaïque de Fès, ça ne doit pas être très confortable, m’enfin bon! Cela lui donnait une démarche un peu gauche, incertaine et avec de grandes enjambées, des hauts et des bas, un peu comme son phrasé d’ailleurs. La fin de ces 5 minutes les plus longues du show a dévoilé le motif de cette prise du plateau, en fait on leur avait demandé de débarrasser les tables avec des plateaux et bien en finale, ils ont pris le plateau d’assaut sous l’œil faussement surpris de certains, en plus, ils n’ont rien débarrassé du tout. 

C’était un peu comme le trou Normand mais de Tanger, sans alcool.

Après tout ce bazar poussiéreux au goût de déjà vu, ils ont rappelé le numéro du Téléthon, bien, puis PPfffft le mirage a disparu, les génies malins s’en sont (pourtant il y en avait de la Tchatche) retournés dans leur lampe à huile. C’est le destin, c’est leur histoire.

Mais revenons-en à notre histoire à nous, l’élection de Miss France 2013. Malgré cet intermède, les Miss, ayant repris du poil de la bête, 

(ou là, je me risque un peu), l’ambiance a redoublé en qualité, classe et beauté sur une musique battante. Alors-là plus de musiques des années fin de guerre 40 et la nostalgie du Bombardier.

En finale, j’ai beaucoup aimé les cinq dernières secondes, énormes ces cinq dernières secondes, les Méga secondes avant le résultat de l’élection. Imaginez, de profil deux sœurs jumelles , nées sous le signe des gémeaux, se tenant les deux mains, les yeux dans les yeux, elles n’avaient pas besoin de parapluie, mais elles ont mené le même combat jusqu'au bout, elles tremblaient, et pleuraient comme sous une averse froide et battante, en attendant de savoir…QUI ?

Superbe réussite que ces 33 James Bond Girls, enfin sexy après tant d'années d'attente, des vêtements (ou sous) qui interpellent, merci aussi à la Haute Définition qui nous a bien révélé certaines facettes et des faces habilement et stupidement voilées d’autrefois. 

Le choix fut difficile et délicat, moi qui n’ai jamais pu réussir à regarder l’intégralité de cette élection, sans zapper, pour la 2013, j’ai pu le faire et sans effort. 

C’était une charmante soirée, comme dirait le père Foucault, merci et bravo à toutes.

Prendre une Bourguignonne par la main et une Tahitienne de l’autre, je n’ai rien contre et vous ? A votre santé...et à user sans modération. 

Vivement l’an prochain que l’on recommence.

 

Gil Evrard

Reporter

TheTahitiMagician/Youtube