Amiante 2012
TAHITI L’amiante menace toujours (suite)
 
 Cet article, intéressera tous ceux qui sont concernés par l’amiante et ses effets ou ceux qui le seront sous peu.
 
Dernièrement, la presse Tahitienne nous relatait un fait apparemment anodin :
Un tuyau d’arrivée d’eau de Pirae sur l’île de Tahiti a été éventré et rompu par une grosse racine.
Rien de plus banal en soi, la nature qui reprend ses droits. Mais lorsque le tuyau a été montré à la télévision, j’ai eu une réaction d’effroi en reconnaissant et un tuyau de « Fibrociment » de 20cm de diamètre.
Vous n’êtes pas sans ignorer que sous ce nom apparemment charmant à consonance naturelle, ce n’est en fait rien d’autre que du ciment mélangé à un additif mortel qu’est l’AMIANTE.
Cette matière, l’amiante, a été présentée il y a quelques décennies comme le matériau miracle de l’époque, mais hélas en ce qui concerne les miracles, mieux vaut vérifier leur fiabilité avec le temps.
Depuis une bonne vingtaine d’années, ce matériau a totalement été exclu en Europe et ailleurs de toute utilisation, industrielle ou autre, que ce soit dans la construction de bâtiments, de bateaux, pour l’isolation, la fabrication de tuyaux de toutes sections, de certaines toitures et tant d’autres utilisations, dont vous ne vous doutez même pas, comme l’enrobé des routes mélangé avec de l’asphalte. Cette matière apparemment si anodine est en fait un super poison  lent.
Il y a quelques années, vous pouviez trouver en bord de route des plaques de fibrociment abandonnées. Les gens disaient : «  Vous pouvez les prendre » Pourquoi ? On en retrouvait dans les champs, partiellement enfouis, des milliers de morceaux cassés et pourtant tellement dangereux. Comme l’amiante se mélange si bien avec le ciment, on en faisait des plaques d’isolations, des murs entiers et le fibrociment était projeté sous pression pour isoler bon nombres de maisons, ateliers, usines et mêmes certaines boîtes de nuit, puisque ce matériau a des qualités hydrofuges et un rendu assez rustique. Dond tout est bien qui finit bien sauf que…
 
Sachez que la plus petite infime particule d’amiante est nocive et lorsqu’elle se loge dans le corps il n’y a pas de possibilité de l’éliminer.
Alors que le premier cas de maladie provoqué par l’amiante appelé asbestose fut reconnu en 1947, il fallut attendre 1991 pour que l’amiante soit interdite.
Pure décision symbolique d’ailleurs, vu le nombre tellement élevé de maladies diverses liées aux différentes utilisations et usages de l’amiante. Ses effets dévastateurs furent reconnus, bien avant les effets de la bombe nucléaire, reconnus en Polynésie Française fin des années soixante.
 
Les essais nucléaires ont endossés la totalité de ces maladies et toutes autres formes de cancer, que ce soit de la tyroïde, des poumons, de l’utérus, de la prostate et du sein.
Pour ma part, ayant vécu à Tahiti, suite à un accident cardiaque, je me suis retrouvé à l’hôpital Bichat de Paris pendant plusieurs mois et ensuite dans divers hôpitaux et hôtels avant mon retour pour Tahiti. Je dois vous l’avouer, je n'avais pas beaucoup de chances de m’en sortir.
Tout en sachant cela, depuis ce moment-là, tout en poursuivant ma réadaptation, je n’ai fait que poser des questions à tous les patients que je rencontrais, et surtout les malades Polynésiens. Parmi eux j’ai fait la connaissance de Remy Cléments, un irradié de Moruroa.
C’est suite à ce contact et ensuite avec de nombreux malades du service oncologie de l’hôpital Gustave Roussi de Villejuif, que j’ai commencé à m’interroger sur la question.
 
Mais qu'est ce qui peut provoquer autant de cas de cancer en Polynésie Française et particulièrement à Tahiti ? Mais d’où vient cette maladie en Polynésie?
Le paradis deviendrait-il un purgatoire ?
Au fur et à mesures des entretiens que j’ai pu avoir avec beaucoup de patients et leurs accompagnateurs, en entendant toujours le même refrain, allant même jusqu'à comparer deux sœurs du même âge, atteintes toutes deux du même cancer, alors qu’une ne boit pas et est très sportive alors que l’autre, c’est différent disons ainsi, elle connaît les plaisirs de l’alcool du tabac et sans doutes d’autres choses bien agréables. Je me suis rendu compte que pas mal de résidents des îles telles que les Gambiers et certaines îles des Tuamotus  n’étaient pas forcément atteints par le cancer, bien que les essais de tir nucléaires avaient été effectués quasi sur « l’île d’à côté ». Ensuite, j’ai suspecté la « mal bouffe », les effets cancérogènes du tabac, les drogues diverses, l’alcool accélérateur radical par excellence et oh combien quotidien, ensuite, les pesticides, les engrais chimiques, les dérivés plastiques (dont la nocivité est maintenant reconnue), les huiles et aliments soi-disant naturels qui proviennent d’arbres qui n’existent pas, ou des mélanges huileux et sauces aux saveurs frelatées provenant de pays qui n’imposent pas l’indication des composants du produit, ou, alors cela ressemble à du chinois. Ajoutons à cela, une dose massive de notre « ami » le soleil.
Et, pourtant, les causes de cancer en Polynésie sont en énorme progression par rapport à la France. Je vous entends déjà dire : « Oui, mais les moyens de recherches et de détection sont améliorés donc c’est normal etc etc etc.
Vous pouvez le dire mais, permettez-moi, je n’en pense pas moins. C’est certain que l’alcoolisme, la culture de drogues locales, le tabac, le soleil et bon nombres de facteurs contribuent à cette éclosion de cas de cancers. Mais !
 
Sur une période de 2 ans et 6 mois, à force d’entretiens et souvent par recoupement, j’ai pu me rendre à l’évidence que les habitants des îles les plus reculées, dans l’attente d’une installation de captage d’eau, et ceux qui doivent recueillir les eaux de pluie ainsi que ceux qui utilisent les eaux saumâtres, chez ces gens-là, détail curieux, on est bien obligé d’admettre, que peu de cas de cancer sont constatés.
 Dû, à ces témoignages, je ne peux m’empêcher de tirer la conclusion suivante :
L’eau dite potable, l’est sans doute, mais hélas elle est distribuéeée en passant dans des tuyaux d’amiante. Cette eau, est donc porteuse de particules infimes qui peuvent se révéler très dangereuses et même fatales dans certains cas.  
En France, au stade actuel des choses, lentement, on se dirige vers le procès de l’amiante, ces procès font un tabac, chaque procès aura des répercussions économiques énormes. Pourtant le respect de la santé des gens et du monde futur, justifie ces dépenses colossales. Parmi les adversaires à cette mise à l’index de ce matériau, les Lobbies qui sont déjà atteint d’autisme flagrant. Devrons-nous parler sous peu d’omerta ? On parle même de devoir rembourser certaines indemnisations déjà perçues. Une vie se résume-t-elle à un morceau de papier ou il est inscrit : Payable à Vue ou à Vie ?  Et au dos, écrit en tout petit : En cas de remboursement !!!
 
 
 
La pollution par l’amiante et ses dérivés est un problème énorme dont nous n’avons pas encore conscience de l’entière gravité. Dans certains cas, afin de se débarrasser de ce matériau contaminant, l’amiante, est répandue ou dispersée dans la nature et recouverte de terre, comme si elle allait se dissoudre et disparaître, à tout jamais. Mais hélas, elle pénètre dans le sol pour atteindre lentement la nappe phréatique et ainsi se retrouver au début de la chaîne alimentaire. Des particules microscopiques sont présentes dans une eau apparemment saine, claire et exempte de toute matière organique contaminante. N’est-elle pas la deuxième  boisson que l’on donne aux enfants ? C’est la boisson imposée aux malades âgés ou pas ? Elle est utilisée comme base en cuisine et pour fabriquer des glaçons, pour brasser nos boissons préférées à bulles multicolores ou pas. Dans chaque cuisine l’eau est utilisée sans arrêt, et pour tout.
Quel beau mirage, la menace est lente, sourde et muette, mais elle frappe. On a déjà connu ce genre de situation et d’infiltration grâce aux bombes depuis les années soixante.
Les Polynésiens ont déjà assez donné dans le scénario catastrophe.
 
L’exposition environnementale est présente et constante, avis aux respectueux de la nature.
Est-il bien nécessaire d’en rajouter ? NON Surtout pas !
Est-il bien nécessaire d’en parler ? OUI ! Sans aucun doute!
L’amiante a tué, depuis de nombreuses années, tue actuellement et tuera encore et encore dans les prochaines années.
Si mes informations sont exactes et elles viennent d’être vérifiées, il serait très utile, que dis-je impératif pour la Polynésie Française, qu’une action soit enclenchée par une commission  de gens sérieux, à savoir de vrais professionnels du bâtiment, médecins, cancérologues, chimistes, ingénieurs, tous bien informés, en toute connaissance de cause du matériau qu’est l’amiante. Des experts de la construction et  experts de l’environnement, ainsi que des gens bien informés sur l’amiante et la maladie appelée ASBESTHOSE.
Elle a déjà causé de nombreux décès en France et dans bien d’autres pays d’Europe. Voyez le reportage intitulé « Les cent mille cercueils ». Vous hésiterez entre la stupeur, la peur et l’incrédulité.
 Pourquoi la Polynésie Française serait-elle épargnée, en vertu de quelle loi, de quel théorème, ou de quelle croyance?
Des traces d’amiante, sont présentes, il ne fait aucun doute, nous sommes en présence d’une des nombreuses causes introuvables ou ignorées de cas de cancer dont la Polynésie Française est une victime depuis bien longtemps.
Bien sûr, il y a des gens qui pratiquent la théorie de « L’angélisme » en disant tout va bien,  le pays est beau et béni, notre thon n’est pas porteur de mercure, il n’y a pas de danger avec l’amiante et le drogue n’est pas un fléau, là, nous rejoignons la théorie des 3 singes : rien vu, rien entendu, et rien à dire. Nous sommes sereins et comme disait le comique disparu : « Circulez, il n’y a rien à voir ». Eh bien non, ne circulez pas, il y a à voir, à entendre, à  répéter, à amplifier et surtout il faut agir.
 
Il est important que cette commission de recherche soit indépendante et apolitique, ceci afin d’éviter toute pression psychologique et d’intimidation sociale avec effets sous-jacents. Enrayer toute récupération suite aux clivages politiciens dont ce pays est spécialiste et passé maître en la matière, laissant sur place tous les pays africains qui ont été toujours les acteurs de pareils phénomènes.
Il y a eu en France des études refusées par de grandes sociétés de fabrication d’amiante, les ministres de la santé n’ont pas eu droit à toute la clarté ni le choix parmi les rapports d’experts.
Ne me dites pas que l’on vous a déjà fait le coup en Polynésie Française ???
 
 
 
Cette commission d’étude devrait être constituée de spécialistes français et américains qui ont déjà plus d’une trentaine d’années d’avance dans ce domaine. Pourquoi ? Que penser de nos experts spécialisés dans les effets de la bombe qui ont conclu qu’en Polynésie Française, 23 maladies sont reconnues et indemnisées, alors que pour les mêmes essais, 52 maladies sont reconnues et indemnisées aux USA. La défense des « Nucléaires » prétexte  que les effets pervers sont dus à l’alcool, l’usage des drogues, le tabac et même une exposition au soleil et une mauvaise hygiène de vie. Ces gens étaient quand même en grande partie des militaires et automatiquement respectueux d’un règlement. Bien sûr, les points relevés ci-dessus, n’ont fait qu’aggraver les choses,
 
La dessus, ajoutons à cela l’énorme farce que l’on appelle la loi Morin, on a dû bosser fort très fort pour ne conclure qu’à la moitié des résultats américain. 
De grâce, ne nous imposez pas que dis-je ? Ne VOUS  imposez pas des experts de pacotille, il y en a déjà assez dans les différentes commissions qui se demandent chaque jour ce qu’ils ou elles sont venus faire là? Peut-être parce qu’un ami leur veut du bien, ou ne savent pas quoi en faire. Non il faut impérativement des spécialistes indépendants.
Concernant l’amiante, imaginez que chaque goutte d’eau utilisée à Pirae et dans bien d‘autres communes de Tahiti et ses îles, pourrait être  contaminée dès le départ, à la source et distiller petit à petit sa dose qui ne deviendra mortelle que dans dix, vingt, voire dans trente ans.
 
Pourquoi attendre aussi longtemps pour  se rendre compte dans une génération que nous avions raison ?
Ceux qui vous diront que le risque est zéro, vous mentiront, comme pour les métaux lourds contenus dans certains poissons et dangereux pour les femmes enceintes, histoire d’avoir raison, pour éviter l’embrasement ou alors par intérêt personnel. 
Ceux qui vous diront que cela va coûter cher, pour ceux-là, il serait urgent de les informer que si les actions de purifications et d’améliorations des installations, ne sont pas faites maintenant, cela coûtera beaucoup plus cher dans quelques années, avec des conséquences beaucoup plus graves, voir mortelles pour certains. Faites votre choix, il est simple !!!
Après, de quoi essayeront-ils de vous convaincre ? D’une idée politique ou religieuse ou vous convaincre que le tourisme se porte bien, que tout va bien et que la vie n’est pas chère?
Ce seront sans doutes les mêmes qui vous répondront qu’ils vont :
« Envisager l’étude de créer une commission qui se chargera sous peu, d’étudier la question ».
Omerta, fainéantise, ou tout simplement manque de motivation ???
 Vous répondrez en cœur, la totale !
Et pourtant, il en reste de l’amiante, partout, en vieillissant, elle tombe soit en morceaux ou en forme de poudre, qui provoque des cancers et la mésothéliose.
Soyons vigilants en ce qui concerne tous les pesticides, engrais chimiques, anti-moustiques, plastics, désodorisants synthétiques et d’autres produits alimentaires importés dont l’origine et toute traçabilité sont absentes. Les résultats des pesticides et autres produits chimiques tels que les désherbants, sont déjà très connus dans certains pays.
La Polynésie Française, ne fait pas exception.
Ces produits sont réputés pour avoir détruit non seulement des arbres et des cultures, mais aussi pour avoir provoqué des cas de cancer de la thyroïde et de la prostate entre autres et d’autres cancers cancer de l’utérus du sein.
Il y a péril dans la demeure, notre santé à tous et celle de nos enfants est en danger.
Pouvons-nous tolérer que nous périssions à petit feu ?
 
Il faut exiger que tous les tuyaux utilisés pour la distribution de l’eau, s’ils contiennent de l’amiante, donc empoisonnés, soient remplacés dans les plus brefs délais, même si les frais occasionnés sont importants, il en va de la santé et de la vie de tous dans notre Fenua.
Ne restez pas sourds, ne restez aveugles, ne restez pas muets. Réagissez !
La suppression totale de l’amiante représente un énorme budget, certes, mais combien vaut la vie de quelqu’un ?
Autre point important, la suppression totale de l’amiante représente des centaines d’emplois pour la population indigène de Polynésie Française.
On y gagne en hygiène et en santé, et on y gagne en donnant du travail à beaucoup de monde.
De là, à parier que l’on y gagnera en tourisme, les paris sont ouverts.
Il faut penser à tout. Y avez-vous pensé?
En regardant les news de Tahiti, moi j’y ai pensé.
Ayant réalisé différents clip traitant entre autres de la violence conjugale, de l’usage de la drogue, de l’alcoolisme et du tabagisme à Tahiti, il m’a été demandé de réaliser d’autres clips sur les addictions.
Était prévu au programme, une campagne contre les maladies addictives, l’obésité,  le diabète.
A ce titre et en tant que reporter/réalisateur et producteur, j’ai eu le triste privilège de rencontrer différents ministres entre autres « ceux » de la santé par exemple afin d’organiser une campagne contre le suicide à Tahiti et ses Iles. Mais les résultats suite à ces différents entretiens se soldèrent par un grand « Rien ».
A savoir, l’angélisme le plus complet, certains diront Autisme.
Bien sûr, on a l’excuse des changements des différents gouvernements…
Oh, pas plus de 10  gouvernements respectifs en 5 ans.
Aussi en ce moment je préfère créer moi-même, la ou les campagnes contre tous ces fléaux qui envahissent la Polynésie Française, ou qui sont un réel danger latent vu leurs présences et leur utilisation depuis de nombreuses années.
Tandis qu’en Polynésie Française, il n’y a toujours rien à signaler, dans plusieurs pays Européens dont la France, la Valse à Mille temps des procédures pénales a déjà commencé !
Ce document a été écrit par Gil Evrard

Interview Gil Evrard
Informations : Pierre Hérault Conseiller technique, professionnel de la construction.
 
 
Interview de Pierre Hérault concernant les effets de l'amiante et sa présence massive en Polynésie Française.
Clips '' TheTahitiMagician'' Sur Youtube.com
Gil l’Explorateur.
Reporter d’investigations.
email : gilevrard@gmail.com